L’irrigation du côlon en quelques mots

Irrigation du côlon

Parfois encore appelée hydrothérapie du côlon (hydro colon) ou hydrologie du côlon(*)

Mesure d’hygiène et de prévention

NETTOYAGE NATUREL COMPLET

L’irrigation du côlon est une méthode de nettoyage approfondi du gros intestin
consistant à en effectuer des bains doux successifs avec de l’eau introduite par voie rectale.

Avis au lecteur

Si l’irrigation côlonique commence enfin à être davantage connue en France, il n’en demeure pas moins qu’à son sujet circulent encore de nombreuses idées reçues, de notoires inexactitudes, de franches contre-vérités, de flagrantes stupidités et parfois même – je pèse mes mots – de parfaits et complets délires… Émanant de prétendus connaisseurs (visiblement désinformés) de spécialistes (manifestement improvisés), de chercheurs ou d’experts (assurément - et faussement - omniscients)… voire même - hélas - de praticiens en médecines naturelles…

Il y a toujours quelque chose à en dire. Et quelquefois… vraiment n’importe quoi.

(*) Ou colonic’s ou encore colon cleansing pour les anglo-saxons. L’on entend parfois aussi le terme de colonthérapie (colon therapy).

 

Dis, ça sert à quoi un in tes tin ??

 

Menue mise en bouche
De quoi parlons-nous au juste ? Petite précision sémantique…          
Technique évidemment à ne pas confondre avec l’irrigation du colon (celui sans accent… mais possiblement avec galons), et moins encore avec :
- l’irrigation du coton (bien que sa production soit excessivement gourmande en eau – et si polluante !),
- l’irrigation du cocon (le ver - en 3 lettres… - à soie - avec un e… - s’hydrate de lui-même),
- voire l’irrigation du coron (là, pour le coup, le ciel généreux des Flandres s’en charge déjà)…

« L'état et le fonctionnement du côlon conditionnent la santé du corps. » (Dr G.E. Crowle)

L’irrigation du côlon en quelques lignes…

  • Depuis des temps immémoriaux, l’homme considère le bon fonctionnement et l’hygiène de son intestin comme fondamental pour sa santé. Aussi, a-t-il très tôt développé des méthodes et des techniques de nettoyage intestinal (diète, purge, lavement, jeûne…) pour préserver et régénérer au mieux ce précieux mais complexe et fragile écosystème.
       
  • En ce sens, l’irrigation du côlon appartient aux grandes méthodes d’hygiène et de prévention naturelle préconisées depuis toujours par les hygiénistes-naturopathes.
     
  • Le gros intestin est un organe épurateur essentiel de l’organisme. L’état de nos intestins conditionne infailliblement notre santé. Et bien plus qu’on ne le suppose habituellement. Ils y participent autant que les organes communément considérés comme « nobles », même si les symptômes de leur dysfonctionnement souvent commencent à bas bruit et se manifestent rarement d’emblée de manière spectaculaire.
     
  • Le mode de vie moderne (alimentation polluée et dénaturée, sédentarité, stress,…) malmène particulièrement la sphère digestive, contrariant l’assimilation et l’élimination, perturbant le transit, et causant des troubles fonctionnels plus ou moins marqués. Tous ces dérèglements favorisent - ou contribuent à - l'apparition de maladies diverses et variées, maladies n’ayant souvent aucun lien apparent avec la sphère intestinale ou digestive d’origine.
     
  • Méthode douce et propre, parfaitement contrôlée, l’irrigation côlonique est une technique éprouvée pratiquée depuis plus d’un siècle et qui s’adresse à la plupart des individus (même – surtout ! – ceux en bonne santé). Elle complète fort utilement une bonne hygiène de vie, présente de nombreuses indications, aide à détoxiner-détoxifier les tissus, contribue à redynamiser le péristaltisme intestinal, renseigne également sur l’état fonctionnel de l’appareil digestif, etc... Elle agit sur les plans physique et psychique, en sorte que directement et indirectement, l’organisme en bénéficie dans sa totalité.
     
  • Pour autant, l’irrigation du côlon n’est ni une panacée ni une pratique anodine. Elle doit être réalisée par un professionnel correctement formé et dont le champ de compétence est suffisamment large pour couvrir également les indispensables et vastes domaines connexes.
     
  • Ma formation, mon savoir-faire, l’appareil d’irrigation utilisé, la filtration de l’eau, de même que le système de canules stériles et à usage unique employé visent à vous garantir le maximum d’hygiène, de confort et de sécurité.
     
  • La préparation alimentaire - souhaitable mais non impérative - accroît l’efficacité des séances d’irrigation. Cependant, sauf indication expresse contraire de votre praticien, ne dérogez pas (trop) à votre régime alimentaire usuel, a fortiori en cas d’impératif médical ou si vous n’en avez pas l’habitude.
    Il n’est pas indispensable d’être à jeun. Prenez éventuellement un repas léger au minimum 3 à 4 heures avant le rendez-vous, ainsi que - si possible - des repas allégés durant les 24 à 48 heures précédant la séance.
    Durant les deux ou trois jours précédant et suivant le rendez-vous, privilégiez une alimentation largement végétale et plutôt cuite. En préparation de la séance, il est donc conseillé aux amateurs assidus et inconditionnels de laitages, pains, pâtes, pâtisseries (etc.) (gluten) et viandes, de réduire significativement la consommation d’aliments de ces trois familles-là.
     
  • Durant toute la séance, sauf rares exceptions, vous restez confortablement allongé(e) tandis que je demeure à votre écoute, vous accompagne et optimise le travail interne de l’eau par des massages doux.
     
  • (…)
     
  • Des conseils personnalisés d’hygiène de vie  et notamment alimentaires  vous sont fournis durant la consultation.
     
  • Après la séance, conformez-vous aux recommandations formulées par votre praticien.
    Accordez-vous autant que possible un petit temps de repos pour continuer de rester à l'écoute de vos ressentis, dans l'accueil de vos perceptions.
    Une fatigue ponctuelle ou une petite frilosité passagère peut parfois être ressentie. Mais elle est loin d’être systématique, et l’on peut aussi, bien au contraire, constater un regain d’énergie ou se sentir en pleine forme physique et mentale.
    À l’issue de la séance, on peut sans problème vaquer à ses occupations habituelles, retravailler, reprendre sa voiture, etc.
    Par mesure de précaution veillez toutefois, dans les quelques heures qui suivent, à disposer d'un accès facile à des toilettes au cas où il restait encore un peu d'eau à évacuer (même si la vraie « urgence » en l’occurrence est plutôt rare).
    Attendez tant que possible au moins une heure ou deux avant de vous réalimenter (avec modération).
    Évitez cigarette, café, alcool,… stress,… juste après le rendez-vous (tout au moins).
     
  • La fréquence des séances dépend de chaque individu. En règle générale, pour débuter, il est conseillé d’effectuer deux - voire parfois trois - irrigations sous 2 à 3 semaines. Quelquefois il est judicieux de les réaliser dans un intervalle de temps plus court. La fréquence ensuite est fort variable. Sauf cas particulier, elle est de 2, 3 ou encore 4 irrigations par an.

            « L’hydrothérapie [du côlon] est une version améliorée et aboutie du lavement colique. » (Dr Georges Monnier) (? – 2013)

Pour en savoir plus sur ce sujet, rendez-vous ici...

Réalisation & référencement Simplébo, l'agence digitale des indépendants et des petites entreprises   |   Ce site a été proposé par Annuaire Thérapeutes

Connexion