Contactez-moi

Vitalité

Equilibre

Bien-Être

Bienvenue sur le site de Richard Heim, Naturopathe Paris 10

À vous qui êtes en quête…

En préambule

Sans prétention aucune

Les présentes pages(*) ont pour objet de vous présenter de manière succincte mes principales prestations. Elles ont vocation aussi à vous donner un aperçu - sans concession - de ma lecture de notre monde contemporain et de ses nombreuses et fâcheuses incidences sur nous et sur notre santé tant mentale que physique.
(*) Dès les premières lignes publiées dans les années 2005 – Pages entièrement écrites, illustrées et en bonne partie réalisées par mes soins.

Notre société ne manque ni de technologies efficientes, ni d'analyses fines, ni d'alertes récurrentes. Elle manque par contre cruellement de recul, de vision globale, de perspectives au long cours. Il lui manque plus gravement encore les salutaires prises de conscience, individuelles comme collectives, l'ambition et l'énergie suffisantes pour redresser le cap de notre longue épopée humaine, le dessein inexpugnable d'en façonner une communauté heureuse. Il lui manque intrinsèquement cet élan vital de générosité, de solidarité, de bonté, de souveraineté, d'espérance en un avenir transcendant, la volonté et l'impulsion fondamentale pour pérenniser cette destinée commune nous soudant inexorablement​ à l'ensemble du Vivant. Ce foisonnant Vivant qu'abrite avec tant de prodigalité, avec une telle surabondance, notre somptueux vaisseau Terre. Épopée et destinée, toutes deux, pour des raisons multiples, par nos activités funestes et nos comportements tragiques, à terme sérieusement compromises.

Est-il bien utile de vous préciser que j'aurais mille fois préféré, pour une partie de ces développements, vous entretenir de sujets plus légers, plus plaisants, plus attrayants, n'était le caractère capital et urgent des défis planétaires auxquels notre persistante inconscience et notre tenace aveuglement nous acculent.
Mon intention est de vous informer sans détours, d'appuyer sur des vérités dérangeantes, de partager mon expérience, de vous faire part de mes réflexions. Je n'ai l'ambition ni de démontrer ni de convaincre… et pas davantage de distraire.

Les constats évoqués ici n'ont rien de nouveau. Ils ne sont, jour après jour, que plus prégnants, flagrants, délétères.

  Quelque part entre le tout sur rien et le rien sur tout 

SANTÉ ET SOCIÉTÉ
Malades de la civilisation – Civilisation de malades

Nous vivons dans une société de dupes, de fétiches et de pacotilles.

Quel monde tourmenté nous avons bâti !

Le paradigme de la Croissance et du Progrès
Dans le maelström de la mondialisation
​Pure folie 
Suicide collectif

Toujours plus –​ Gigantesque enfumage
Monde de mensonges, de tricheries et de manipulations
Société de l'artifice, de colifichets et de l'absurde
Entreprises de mystification et de zombification tout azimut
Tous cobayes – Tous impliqués – Tous intoxiqués

Paradis artificiels  Obsolescence programmée
Marchandisation universelle Prédations légalisées
Tsunamis d'immoralités : illégitimités politiques, économiques, juridiques et fiscales, médico-sanitaires, etc.
Productivisme & Consumérisme : les deux surpuissantes tétines du « progrès »
La croissance(*1) à tout prix / La croissance a tout pris(*2)
Pour le meilleur et - surtout - pour le pire
(*1) : La croissance économique est le cancer de notre société
(
*2) : C’est comme vous l’entendez

Au pays des aveugles, les escrocs sont rois
Démocraties moribondes – Peuples sous oppression
La dictature du Marché  Le totalitarisme de la haute finance
​De trahisons en trahisons, de capitulations en capitulations
Les richissimes organisateurs de la misère, les
brillantissimes facilitateurs du chaos

Le grand œuvre des pompiers-pyromanes et autres apprentis-sorciers de haute nocuité
Avec la double complicité des électeurs-consommateurs
Le produit – explosif !! – de l’auguste génie des « élites de la nation » ET de la hallucinante inconscience – et tout aussi délirante complaisance – du peuple.

Esclavagisme moderne et précarisation à marche forcée – Ubérisation et popérisation généralisée
Pendant que l'on nous enfume et nous empoisonne - à tous points de vue - les affaires continuent et le business prospère…

Perpétuels marchés de dupes :
Progrès technologique contre régressions sociales majeures

Croissance économique contre massacres écologiques sans précédent
​Enrichissement (éhonté) de quelques milliardaires contre des montagnes de déchets, de dettes, de misères et de violences
Etc., etc., etc.

Fétichisme technologique – Vous avez dit « progrès »…
Litanie contemporaine, addictions - et afflictions ! - modernes : « Le progrès c'est le bonheur », « La croissance c'est le bonheur », « La technologie c'est le bonheur », « L'argent c'est le bonheur », « La performance c'est le bonheur », etc. etc.

Vous pouvez tout aussi indifféremment remplacer les substantifs progrès, croissance… par technologie, science, invention, innovation, développement, modernité,…  consumérisme, mondialisation, globalisation, précarisation, paupérisation, etc. ou encore inverser les termes de chaque locution : « Le bonheur c'est le progrès », « Le bonheur c'est la croissance », etc.

Toutes ces thématiques - et d'autres - se trouvent abordées/développées dans ces pages (cf. spécialement "Science & Conscience" et "Monde").


Voyage sans retour
Peuple sans mémoire, peuple sans avenir
Que faut-il faire pour enfin être entendu ??
Si l'enfer, c'est les autres, n'oublions pas que nous sommes les autres.

Notre modernité et la mondialisation/globalisation galopante qui l’accompagne – dont les racines écocidaires plongent au delà de ces deux millénaires écoulés – ont allumé des feux (incendies) qui embrasent notre planète et qui ne s’éteindront pas avant longtemps.

Ceux qui s’intéressent un tant soit peu à l'écologisme savent que des alertes ont été lancées par des contemporains attentifs, lucides et courageux, depuis l'antiquité, et régulièrement tout au long des siècles écoulés depuis lors, avec une occurrence et une sévérité croissante depuis plus de cent ans. Mais voilà, ces avertissements n’ont jamais été pris au sérieux et encore moins suivis d'effets par les mesures politiques et sociétales ad hoc.

Et maintenant on fait quoi ?!

L'humanité doit choisir entre ou changer ou périr.

​Et vous, êtes-vous prêt(e) à faire VOTRE part de l'indispensable changement ?
 

Chacun(e) d'entre nous engage l'avenir de notre planète – Nous sommes tous responsables de tous / tout
​Nous pouvons opter pour le pire. Nous pouvons aussi opter pour le meilleur.

« Il ne sert à rien à l’homme de gagner la lune s’il vient à perdre la terre. » (François Mauriac) (1885 – 1970)

Prenez soin de vous et de votre santé par vous-même, personne ne le fera à votre place !
Et puis prenez soin aussi de la Terre, vous ne pourrez pas de sitôt vivre sans elle !

Il vaut mieux prévenir que guérir Et traiter prioritairement les causes plutôt que de se contenter de pallier aux seuls symptômes

Assurance santé… ou bien Assurance maladie ??
Acteur de sa santé… ou victime de sa maladie ? ​Responsabilisation ou déresponsabilisation ? Autonomie ou dépendance ? Enfant ou adulte ?
Soigner la maladie ou soigner la santé ? Traiter les symptômes ou remédier à leurs causes ? S'engager enfin dans une réelle et ambitieuse prévention sanitaire ou bien continuer de créer une pléthore de troubles pour ensuite tenter – avec une débauche de moyens et un succès tout relatif et aléatoire – de les panser ?
Le système de santé est-il au service des individus ou au service des lobbies pétro-chimico-pharmaceutiques et des puissances financières ?
Quelle médecine promouvoir ? Les médecines de la santé ou bien la sempiternelle, hégémonique, exclusive médecine de la maladie ? Les médecines holistiques ou la seule médecine anti-symptomatique ?
Le choix s'avère des plus élémentaires : ou bien résolument investir dans sa santé... ou bien grassement rétribuer sa maladie.

Les problèmes de santé sont en réalité, à la base, très souvent des questions essentiellement politiques.
Ne pas réaliser cela, c'est passer à côté de la solution. Se pose alors une autre question cruciale : les autorités politiques veulent-elles vraiment résoudre nos problèmes de société ?? Veulent-elles vraiment la santé, la prospérité et le bien-être des populations ??
Soyez malades et prenez vos cachetons ! Sachant que les mêmes causes produisent (quasi) invariablement les mêmes effets, et compte tenu tant de nos comportements individuels que de notre organisation sociétale, le « trou » de l’Assurance Maladie ne sera pas de si tôt comblé, ni notre santé collective restaurée. Que nous soyons satisfaits ou pas, d’accord ou pas, par la hausse continuelle des cotisations sociales grevant les salaires, du Ticket modérateur, des déremboursements, des tarifs des Complémentaires santé privées (« Mutuelles »)  et des autres contributions fiscales associées, nous payons collectivement et individuellement un lourd tribut à la maladie, à ceux qui l’organisent, et surtout, surtout, à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, éhontément en profitent. Et cela durera ainsi tant que le système sera davantage intéressé à la maladie qu’à la santé.

Traiter le mal à la racine.
La santé serait-elle - elle aussi - un droit sans devoir(s) ? Pays de cocagne ?
Nous devons avant tout - et massivement - AGIR SUR LES CAUSES PROFONDES des malaises de notre monde pour espérer alléger nos malheurs et sortir du cercle vicieux de notre dégénérescence. Et non jouer à l'autruche ou bien nous contenter de poser de-ci de-là quelques vieux sparadraps usés et méphitiques, qui plus est, sur une jambe de bois grandement vermoulue, un organisme gravement intoxiqué et une conscience sévèrement chloroformée.

LE CURATIF NE POURRA JAMAIS REMPLACER LE PRÉVENTIF !

Les hommes s’affligent des effets mais s’accommodent des causes(*). (Jacques-Bénigne Bossuet) (1627 – 1704)
(*) : Et si ingénument, si merveilleusement !!

NE DIT-ON PAS QUE TOUT PART D’UN BON DIAGNOSTIC… ?

Nota bene

À l’heure où du point de vue sanitaire, l'importance déterminante d'une bonne hygiène de vie se trouve de plus en plus clairement démontrée, quelques lecteurs dubitatifs ne manqueront sans doute pas de se demander encore quel rapport les développements de ces pages peuvent bien entretenir avec la santé

C’est tout simplement qu’une société malade produit inévitablement des individus malades. Et inversement, des individus malades engendrent de facto une société malade. Comment diantre, par quel fabuleux miracle, pourrions-nous (globalement) être - ou rester - en bonne santé au milieu d'un monde que nous avons si largement empoisonné et mutilé ?!

Organismes sans frontières. Avons-nous bien conscience qu'à chaque seconde qui passe, nous sommes, pour notre survie, indissolublement tributaires du bon état de santé de notre environnement ? 
En vérité, rien n’est séparé. Dans l'univers, dans la nature, dans la réalité, dans la vie - et donc aussi en chacun de nous -, tout est lié. D’une façon ou d’une autre, de près ou de loin, directement ou indirectement, distinctement ou secrètement, tout est relié, engrené, apparié, assemblé, couplé. Ce sont nos esprits, nos raisonnements qui sont cloisonnés, dissociés, fragmentés, bridés. En ce sens, la qualification d’hors sujet est volontiers l’apanage d’esprits passablement myopes ou bornés.

Rien n’est sans conséquence. Tout a une valeur et un prix. Tout est cause et effet. Tout est interaction. Notre sort, comme celui de l'humanité tout(e) entière, se trouve intimement dépendant de celui de nos écosystèmes - petits et grands - et du devenir de la Terre, notre belle Oasis bleue. Santé des humains, santé des animaux, santé de l’environnement, santé de la société, santé du Vaisseau, santé de la planète sont inextricablement liées.

SOIGNER LE MONDE, C'EST AUSSI SOIGNER MA PROPRE SANTÉ.

Il est grand temps de (re)placer la Nature au cœur même de nos vies car il ne peut y avoir de santé véritable et durable sans une écologie globale effective.

​Qu'on se le dise !

Prends souci de toi-même
Socrate
 (470 av. J.-C. – 399 av. J.-C.)

Par ailleurs, j’aimerais également formuler quelques remarques explicatives complémentaires entre elles...

Ces écrits n’engagent que moi. Dès les premières lignes de ce site - rédigées voici plus de dix ans - j’ai toujours donné la priorité au fond plutôt qu’à la forme. Par conséquent, il faut, un minimum au moins, aimer lire. À l’heure où la vidéo (processus passif et plus lent) est reine et où la lecture (processus actif et plus rapide) rebute de plus en plus et compte tout logiquement de moins en moins d’adeptes, c’est un pari risqué.

Vous ne trouverez pas ici, par exemple, d’éclatants effets de style hauts en formes avec profusion de couleurs, ni de vidéos évocatrices ou de jolies animations suggestives. Mon seul recours : un fidèle et usé – mais intarissable et incontournable – dictionnaire(*)
(*) : J’en aurai bien usé deux ou trois depuis mon premier contact, à l’âge de 6 ans, avec la langue française – langue qui m'aura plus ou moins apprivoisé ou que j'aurai plus ou moins amadouée, je ne saurai trop dire dans quel sens l'acclimatation s'est opérée.

Ce site a pour vocation de vous présenter mes principales prestations en tant que naturopathe.            
Par ailleurs, les pages « Science & Conscience » ainsi que les pages « Actualités » et « Monde » ont pour objet d’esquisser le contexte mondial actuel, de rappeler certaines évidences premières parfois perdues de vue, et de proposer quelques clés d’analyse simples, quelques grilles de lecture élémentaires pour, au besoin, aider à une meilleure compréhension d’ensemble de notre modernité et spécialement des forces fondamentales qui la sous-tendent et la secouent.
Puissent ces clés servir votre réflexion et subséquemment guider vos actions.       

Toutes ces pages n’ont, bien évidemment, aucune vocation à exposer dans le détail tous les thèmes énoncés. Il existe en effet bien d’excellents sites – spécialisés ou non – reprenant et approfondissant ces mêmes sujets (cf. la page Référence).

Fondamentalement, au-delà des informations formelles, factuelles présentées ici, mon intention première vise davantage à susciter le questionnement, inciter à la réflexion, laisser place à la méditation, qu’à apporter des réponses toutes faites, toutes prêtes, toutes cuites - prêtes à gober.

On ne peut pas plaire à tout le monde, c’est bien connu. J’ai rédigé ces pages l’esprit absolument libre de toute considération politique, médiatique ou commerciale.

Il est au moins une langue que je ne parle pas : la langue de bois. Et n'ai pas non plus davantage l'habitude de mâcher mes mots. Ce qui dans notre société constitue plutôt un franc handicap voire une tare réelle.
Aussi, suis-je bien conscient de plus d’une fois outrepasser le cadre bien démarqué et épuré du bon conformisme et de la bien-pensance, de contrevenir à la mesure douceâtre, édulcorée, liquoreuse du puritanisme bienséant, de transgresser le consensus lénifiant - et liquéfiant - du politiquement, du commercialement, du médicalement, du médiatiquement ou du sociétalement correct. Le respect des convenances – surtout dans ces domaines-là – n’est pas ma priorité ni mon passe-temps favori. Mon discours n’est pas - ou pas toujours - policé, aseptisé, consensuel, politiquement ou commercialement convenable.

Précisons néanmoins que les critiques formulées ici visent, sauf rares exceptions, beaucoup plus les systèmes, les organisations, les "institutions" incriminés que les hommes ou les individualités qui les composent.

Bien évidemment j'aurais préféré éviter l'évocation d'un certain nombre de sujets fâcheux ou sensibles pour ne vous entretenir que de choses agréables, plaisantes, légères, distrayantes. Non seulement les thèmes abordés ici peuvent être des questions qui dérangent, qui divisent ou qui fâchent, mais de plus ils ne sont pas vendeurs pour deux sous… Cependant, ils m’ont paru importants à évoquer et, dans votre intérêt, légitime de partager.      

L’internaute que vous êtes pourra parfaitement se trouver en désaccord avec tout ou partie de ces prises de position et je suis positivement ouvert à tout dialogue constructif. À ce propos, je conçois d’ailleurs qu’il puisse y avoir des lecteurs, consultants potentiels, que toutes ces idées, toutes ces doctrines, toutes ces graphorrhées passablement agacent, irritent et même dissuadent de prendre rendez-vous – si tel évidemment avait pu être leur désir premier –, et en assume pleinement l’éventualité.

Les esprits délicats, les humeurs chagrines pourraient trouver dans ces lignes – ou dans ce verbiage, empreint de ce que de savants chercheurs rationalistes (cartésiens) qualifieraient volontiers d’occultisme, de mystico-ésotérisme, voire de megalopsychia – des idées polémiques, revêches, allant à l’encontre, à rebrousse-poil des positions, des idées convenues, consensuelles - voire convenables - du plus grand nombre. En conséquence, pour ne pas les offusquer, pour qu’ils/elles ne s’en trouvent point froissé(e)s, j’informe aimablement celles et ceux que de tels écarts de pensée pourraient contrarier qu’il est encore temps de descendre de la page et quitter le site. Je les invite à stopper ici, dès maintenant, la lecture et les convie à ne point se risquer à poursuivre plus avant.

Le cas échéant, soyez toutefois rassuré(e) car il ne manque assurément pas sur la vaste toile de sites impeccablement formatés, très clean, très avenants, bien lisses, bien plaisants, tirés à quatre épingles, courtois, joliment conçus, agréablement musiqués, généreusement poudrés, avantageusement maquillés - voire parfaitement aseptisés. Des lieux, en somme, où tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. En tout cas des sites sans houle, sans vague et sans fausse note, où rien, vraiment rien – pas même une virgule, un chuchotement ou un soupir – ne dépasse. De superbes vitrines, sans aucune ambivalence, affichant distinctement le luxe de leur ambiance feutrée, cosmopolite, bienséante, cosy à souhait, ne s’embarrassant ni de futilités ni d’inutiles considérations mystico-philosophico-politiques – ni d’ailleurs de quelque superflu que ce soit –, des pages, disais-je, vous menant tout droit, avec une grande sobriété, très efficacement, directement au cœur de leur essentiel…
Ce que, en bref, vous ne trouverez pas ici, autant vous le dire tout de go. Ces amateurs-là, ces promeneurs-là s’y plairont bien mieux qu’ici. Les autres avanceront (s’aventureront ?) à leurs risques et périls. Un homme prévenu en vaut deux

Oh ! je ne prétends à aucune originalité, et ces pages, composées de bric et de broc, sont même truffées de lieux communs, pavées d’évidences, constellées de banalités.
Ma seule intention, ma seule finalité est d’insister sur des faits trop souvent/longtemps négligés ou trop vite oubliés, de souligner des vérités dérangeantes, de pointer et surtout mettre en perspective des réalités méritant - nécessitant - de notre part une attention notoirement plus soutenue.

Spécifions expressément aussi, pour éviter tout malentendu, que ces écrits n'ont absolument AUCUNE PRÉTENTION SCIENTIFIQUE. Précision toutefois qui n'empêchera nullement quelques irascibles scientistes de les épingler au rang des pseudo – ou para-, ou pata- – sciences.
Mais, après tout, à chacun sa croyance ! À eux la leur, à vous la vôtre, et à moi la mienne.

Sans naïveté ni cynisme
Par ailleurs, je ne souhaite tomber ni dans le catastrophisme, la sinistrose ou le dolorisme, ni davantage verser dans l’optimisme béat, le monde des bisounours, ou dans un angélisme lénifiant. Sauf erreur grossière de ma part, nous ne sommes peut-être pas dans le meilleur des mondes, certes… mais ne nous trouvons pas non plus dans le pire. Pas encore.

Les paragraphes peuvent être lus dans le désordre – ou même isolément - sans significativement nuire à la compréhension d’ensemble (même s’il y a une certaine progression logique au fil des lignes)

Grâce à l’incroyable plasticité permise par l’informatique – étayée par la technologie électronique –, ce texte n’est pas figé, du moins pas totalement. Comme leur auteur, ces pages sont en réflexion, en mouvement, en perpétuel devenir. Elles vivent, respirent, se renouvellent, évoluent, s'enrichissent au fil du temps, au gré des évènements rencontrés et des circonstances traversées.  


En dépit de la gravité de certains sujets abordés au fil de ces pages, toute cette longue prose, cette fastidieuse glose, ces interminables graphorrhées et ces douteux traits d'humour grassement capillotractés, j’espère que vous passerez néanmoins du bon temps à parcourir ces lignes, à vous promener entre les mots, à flâner à travers le dédale de ces chroniques, et à vous approcher de l'essentiel que vous cherchez. C’est du moins mon souhait le plus cher.

Au plaisir de vous renseigner ou de vous rencontrer !

À votre santé... physique comme psychique !
Prenez soin de vous, et… bonne route, bon vent !

Richard Heim, naturopathe … et aussi citoyen du Monde
 

(…) avoir pour patrie le Monde et pour nation l'Humanité.
(Victor Hugo) (1802 – 1885)

Citations

Je suis très conscient d’abuser des citations, formules, maximes, sentences… glanées ci et là au gré de mes lectures – parfois découvertes a posteriori seulement, et non pas tirées pour l’occasion de quelque compilation, même providentielle – et avec plaisir les partage ici avec vous. Permettez-moi cependant de préciser que si ces préceptes, si ces aphorismes, si ces morceaux d'anthologie illustrent ces pages de leur pertinence intemporelle, les renforcent telle une fonction fractale, ces fragments d'éternité, ces hommages rendus y figurent non pas par exhibition culturelle, mais parce qu’ils représentent – tout au moins à mes yeux –, venant parfois du fond des âges, de précieux sésames, de brillants condensés d’expériences de vie, le résumé resserré d’innombrables heures de palabres, de fabuleux raccourcis de pensées, de flamboyants éclats de philosophie, d’inestimables pierres angulaires pour l’esprit, de précieuses perles de sagesse… pour enrichir notre réflexion et fortifier notre être. Une substantielle valeur ajoutée, en somme. Les plus pressés d'entre les surfeurs pourraient d’ailleurs se contenter de leur seule lecture.

Précisons toutefois, pour éviter tout malentendu, que ces citations – essentiellement ajoutées a posteriori – viennent seulement illustrer mon propos, et aucunement le construire ou le formater.

Propriété intellectuelle

Il n’est peut-être pas tout à fait inutile de préciser/rappeler qu’en vertu du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction, même partielle, de ces pages exige l’accord écrit préalable de leur auteur – ou tout au moins la mention de son nom en cas de citation – sous peine de poursuites judiciaires.

L'œuvre d'autrui n'est pas faite pour être recopiée et passée pour sienne. Je me dois de notifier que j'ai toujours abhorré le copiage et le pompage et présente en conséquence une aversion marquée pour les "auteurs" pompeurs et plagiaires - quels qu'ils soient.

Ce que tu voles aujourd’hui te sera volé demain, résume sans détour le bon sens populaire.

Tricher, copier, plagier, voler, dérober, etc., c'est comme vivre au-dessus de ses moyens, se complaire à subsister à crédit, emprunter à la sauvette, dérober frauduleusement pour faire illusion et flatter son égo - le grand sport mondial actuel. Mais un jour ou l'autre, inévitablement, l'imprudent contrevenant finira par être rattrapé par la réalité, devra en rendre compte et aura - je n'en doute pas un instant - à en payer le prix fort.

À bon entendeur…

Accueil

Je vous remercie chaleureusement de l’intérêt et du bon accueil que vous réservez à ces pages. C’est bien grâce à vous qu’elles continuent d’apparaître en tête de liste car je n’ai, à ce jour, jamais fait appel à un quelconque service de référencement ou d’optimisation – ni gratuit (si d’aventure ça existe) ni payant – pour commercialement/artificiellement apparaître en début du classement des « moteurs de recherche ». Merci ! 

Perspectives

J'envisage, dans les temps à venir – lorsque j’aurai résolu les questions d’ordre technique et juridique –, d’agrémenter ces textes d’un peu de musique. De la musique que j’aime, interprétée par mes soins, et aussi quelques petites mesures de ma facture… Ainsi, je partagerai avec vous, non seulement, mes pensées et mes convictions profondes, mais aussi un peu de l’univers musical et sonore qui est mien, un aperçu de la musique qui m’accompagne et me berce, une esquisse des sonorités qui me nourrissent et m’inspirent. 

Réalisation & référencement   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion